Abonnez-vous !

WELCOME TO GOOFLAND BRAZIL (and Crossroads) 3.0 — Archives — Livres — Uchronia

◊◊◊ RUBRIQUES ◊◊◊

CHRONIQUES CINÉ JUIN 2017
CHRONIQUES CINÉ JUIN 2017

CHERCHEZ LA FEMME : Un jeune étudiant se travestit sous une burka pour continuer à voir sa bien-aimée tombée sous le joug de son frère aîné radicalisé après un long séjour au Yémen. Derrière ce pitch particulièrement osé et casse-gueule se cache une comédie pertinente et délicate, qui aborde frontalement le thème de l’endoctrinement religieux et du voile intégral par le biais de la comédie romantique.

Chihiro Ogino, DANS LA PEAU
Chihiro Ogino, DANS LA PEAU

Mon nom est Chihiro Ogino. Quatre kanjis forgent depuis que je suis née celle que je suis : « mille », « s’enquérir de », « roseau » et « champ ». Je ne sais pas où le sens de cette identité va me mener du haut de mes dix ans.

La sélection Bandcamp de dk #10
La sélection Bandcamp de dk #10

La sélection Bandcamp de dk #10  Par dkelvin   Ça y’est ? Vous avez digéré le menu du #9 ? On peut y retourner ? (le type qui croit qu’il y a des gens qui le lisent). Attention, ce mois-ci c’est de l’airain, du haut tonnage c’est certain. Avec pas moins de 3 albums qui, dans leur genre, ne […]

CHRONIQUES CINÉ MAI 2017
CHRONIQUES CINÉ MAI 2017

MARIE FRANCINE : Viens chez moi j’habite chez mes parents. Après un 100 % Cachemire 50% réussi, voici enfin le retour gagnant tout en humour et en élégance décalée pour la formidable Valérie Lemercier qui signe la comédie parfaite qu’on espérait d’elle !

Olivier Bocquet, le roi de la bédoche
Olivier Bocquet, le roi de la bédoche

Olivier Bocquet est un touche-à-tout, mais c’est sur ses contributions remarquées au monde de la bande dessinée que j’ai souhaité l’interroger : Fantômas, Transperceneige – Terminus pour n’en citer que quelques-uns. Dans la vie comme dans les livres, il a des choses à dire et pas des moins intéressantes. Auteur engagé et engageant, bourré d’idées inventives, ses albums ont l’art de vous secouer et de vous surprendre.

La sélection Bandcamp de dk #9
La sélection Bandcamp de dk #9

Bon alors comment ça ? J’apprends que depuis que cette rubrique n’est pas parue (3 mois déjà), vous vous êtes mis à acheter n’importe quoi ? Que vous errez sur Bandcamp comme des âmes en le pen (pas de risque, ils n’en ont pas) ? Du coup, n’écoutant que mon sens du devoir (non ce n’est pas le nom d’un groupe), le sélectionneur du bandcamp que je suis reprends du service.

Thomas, DANS LA PEAU
Thomas, DANS LA PEAU

Thomas, DANS LA PEAU « Je ne tiens plus en place. Il me faut de l’espace… Oui, bien plus d’espace. Je manque de blanc. Ces grands pans noirs m’obstruent. Je suis asphyxié par le rouge, le violet, le jaune et le bleu. Je surnage. Je veux sortir de la gamme primaire, réinventer la matière, revenir à […]

CHRONIQUES MAI 2017 [BD, CD, DVD, LIVRES…]
CHRONIQUES MAI 2017 [BD, CD, DVD, LIVRES…]

Chaque mois notre sélection DVD, BD, CD, LIVRES…

CHRONIQUES AVRIL 2017 [BD, CD, DVD, LIVRES…]
CHRONIQUES AVRIL 2017 [BD, CD, DVD, LIVRES…]

Tous les mois notre sélection BD, CD, DVD, LIVRES…

CHRONIQUES CINÉ AVRIL 2017
CHRONIQUES CINÉ AVRIL 2017

CHRONIQUES CINÉ AVRIL 2017 PAR THOMAS LÉCUYER LES GARDIENS DE LA GALAXIE, vol.2 Après un premier opus des plus récréatifs et réjouissants, la joyeuse bande des Gardiens de la Galaxie, composée entre autres d’un raton laveur qui parle, d’un immortel, d’une jolie extraterrestre bleue, d’un bébé arbre et d’un baroudeur humain beau gosse, drôle et roublard, […]

CHRONIQUES CINÉ MARS 2017
CHRONIQUES CINÉ MARS 2017

 CHRONIQUES CINÉ MARS 2017 PAR THOMAS LÉCUYER   T2 – TRAINSPOTTING : « Un train peut en cacher un autre, même vingt ans après » Paris risqué mais pari gagné pour Danny Boyle qui nous propose de retrouver sa bande de anti-héros junkies vingt ans après le premier opus de leurs aventures fracassées . À l’instar du personnage […]

CHRONIQUES MARS 2017 (BD, CD, DVD…)
CHRONIQUES MARS 2017 (BD, CD, DVD…)

Tous les mois notre sélection BD, DVD, CD, Livres…

Anna, DANS LA PEAU
Anna, DANS LA PEAU

Anna, DANS LA PEAU « Je vais te quitter, Mark. Tu rentres à peine de mission que déjà je veux te fuir… Je veux m’enfuir à tout prix. M’évanouir de ta vie, que tu m’oublies comme par omission. Tu es à mes pieds. Et, moi, au pied du mur. Il n’y a que le néant […]

La Diar(rh)y #8
La Diar(rh)y #8

La Diar(rh)y #8 Voilà, c’est fini, comme dit la chanson. Pour conclure cette diar(rh)y an(nu)ale, une ultime ration pour une année qui ne fut ni meilleure ni pire que les autres sur le plan(plan) planétaire, avec son lot d’ignominies mais aussi de merveilles, et puis toute cette fantaisie dont l’humain sait faire preuve, et qui […]

Le billet de mauvaise humeur de l’Affreux (épisode 9)
Le billet de mauvaise humeur de l'Affreux (épisode 9)

Et pour ce neuvième billet aux humeurs braziliennes, avec l’actu électorale et ses discours bristol qui embrouillent nos cervelets déjà embouteillés par les usuelles conneries saisonnières, je vous propose une pause syndicale non syndiquée pas piquée des hannetons, un grand divertissement à même de vous tirer les vers du tube digestif, et vous invite, histoire de se marrer cinq minutes, au spectacle qui se joue en ce moment…
Épisode 09 : « … au théâtre des Affreux, ce soir : « Cause toujours… tu m’intéresses ! »

George Valentin, DANS LA PEAU
George Valentin, DANS LA PEAU

« Je suis George Valentin. En chair, en os, en voix… Hollywood, c’est moi ! Un clin d’œil à la Chaplin ! Un buste très Keaton ! Une mine Marceau qui paye bien de mine ! Un trait Bogart d’avance, un gène Kelly d’enfance ! Je suis « The Artist » !

La Diar(rh)y #7
La Diar(rh)y #7

La Diar(rh)y #7 Avec les feuilles, cet automne voit tomber les illusions. La dernière des illusions est de croire qu’on les a toutes perdues écrivit Maurice Chapelan. J’ai le sentiment que l’heure arrive où nous l’atteignons cette ultime illusion. Le plus triste, c’est que le plus élémentaire dkorticage en fait chuter certaines que l’on croyait […]

Lieutenant Ellen L. Ripley, DANS LA PEAU
Lieutenant Ellen L. Ripley, DANS LA PEAU

Lieutenant Ellen L. Ripley, DANS LA PEAU « Le sol sous mon corps est verdoyant. Son contact m’est étrangement familier, doux et frais. Toutes mes cellules se rappellent à chacune de ces vivaces particules. J’hume une brise qui me ramène à mon humanité lunaire. L’air qui s’insinue dans mes poumons me comble et m’apaise. Je […]

Le billet de mauvaise humeur de l’Affreux (épisode 8)
Le billet de mauvaise humeur de l’Affreux (épisode 8)

Épisode 8 : Le père tout feu tout poil serait-il en voie de disparition ? Il semblerait que oui, si on lit les niaiseries de la presse féminine qui nous rabâche quotidiennement que l’homme est désormais une femme comme les autres. […]

Patsey, DANS LA PEAU
Patsey, DANS LA PEAU

« Je suis dans la peau du chagrin, dans la peau de l’affliction, dans la peau de l’insoumission. Mon corps est en sang, mon corps est en cendres, mon corps est exsangue… Tout mon être a le goût du soufre… Mon squelette s’est atrophié sous les cent coups de fouets que je reçois trop souvent des mains blanches du maître… Ma peau est ébène, c’est là mon seul tort…

La Diar(rh)y #6
La Diar(rh)y #6

Petite diar(rh)y ce mois-ci. Pourtant on en a bouffé de l’info avariée. Les salmonelles à côté sont d’inoffensives saprophytes. J’aurais dû en maculer les murs de cette rubrique. Mais justement, non. Sentiment lancinant de mithridatisation. Anesthésie insidieuse de ma causticité. Plus que d’épisodiques éruptions en marquent la production, pour des sujets parfois anodins, tout au moins subalternes. Le plus terrifiant est ailleurs. Sous les bombes à Alep, sur les plages des îles Grecques, dans les geôles d’un peu partout, et puis dans tant d’autres lieux dont on ne nous parle pas. La mondialisation de l’empathie est, dans l’état actuel du monde, rien moins que destructrice pour l’esprit. Cette rubrique en est une sorte de témoignage désespérant.

Stéphane, DANS LA PEAU
Stéphane, DANS LA PEAU

« J’ai toujours été à la recherche de l’harmonie au travers du désordre humain. De mon existence, j’élude la moindre turpitude. Je suis en quête de paix, de quiétude, je dirais, même de béatitude. C’est une chose que je ne trouve que dans la solitude de l’étude. »

Le billet de mauvaise humeur de l’Affreux (épisode 7)
Le billet de mauvaise humeur de l’Affreux (épisode 7)

Épisode 7 : Auteurs d’exception dans une France culturelle, ou l’inverse…

La Diar(rh)y #5
La Diar(rh)y #5

La diar(rh)y a pris ses quartiers d’été pendant quelques temps. Mais pas de quartier pour l’actualité pour autant. Voilà donc en quelque sorte l’épitomé d’une saison chaotique, aussi bien sur le plan politique que climatique.

Balade Bertillienne Brazilienne 2
Balade Bertillienne Brazilienne 2

Faire La traversée de Paris, la tête dans les nuages, à La frontière de l’aube, tels Les enfants du paradis, déflorer son pavé les pieds nus, À bout de souffle et faire Les quatre cents coups à grandes enjambées enchâssées sur la chaussée où Chacun cherche son chat, entrer dans L’auberge espagnole…[…] Les estivales à Paris : De l’Opéra Garnier aux Grands Boulevards, en passant par les pantins de Grévin aux étoiles du Grand Rex, du passage des Panoramas, et Little India, jusqu’au Théâtre du Merveilleux… Panorama pris d’un train en marche.

Isabelle, DANS LA PEAU
Isabelle, DANS LA PEAU

« Enfin ! J’ai fait la connaissance du bel Américain à la blonde toison (Matthew, à présent je sais son nom) que je toisais depuis longtemps ! Nos sillons se sont croisés en pleine tempête, devant la Cinémathèque, durant la manifestation… Je l’avais remarqué souvent, errer seul, avec son air perdu…

La Diar(rh)y #4
La Diar(rh)y #4

On croit avoir tout vu, tout lu, tout entendu, on croit, les années passant, que plus rien ne pourra nous surprendre, nous en apprendre plus encore sur l’inanité de ce monde, sur les abysses de bassesse et d’aveuglement de ceux qui y exercent leurs pouvoirs, et ce à tout niveau, du politique au domestique, car dès qu’il y a pouvoir finalement, il y a bassesse et aveuglement, et puis finalement non, les ressources sont inépuisables quand il s’agit de cynisme, d’indécence et de veulerie.

Balade Bertillienne Brazilienne 1
Balade Bertillienne Brazilienne 1

Faire La traversée de Paris, la tête dans les nuages, à La frontière de l’aube, tels Les enfants du paradis, déflorer son pavé les pieds nus, À bout de souffle et faire Les quatre cents coups à grandes enjambées enchâssées sur la chaussée où Chacun cherche son chat, entrer dans L’auberge espagnole, relire le Système A, trouver le butin Signé Arsène Lupin, rencontrer Cléo de 5 à 7, deviser entre parade et Charade, danser Le dernier tango à Paris sur un Coup de tête, jongler entre Jules et Jim, et jouer aux Innocents, embrasser La fille sur le pont…

Leonard Kraditor, DANS LA PEAU
Leonard Kraditor, DANS LA PEAU

Leonard est un rêveur… Leonard est un saule pleureur… Leonard est un léopard à qui on a ôté le « p » de la puissance mâle… Leonard est un loup solitaire qui erre, qui erre, qui erre… Leonard aime bien que les femmes existent, même sans lui… Leonard en prendra une un jour pour épouse, c’est dit… Leonard s’est déjà fiancé une fois… À quand la deuxième fois ? Leonard aime les blondes, les brunes et les rousses… Mais Leonard a un peu la frousse… Leonard ne sait pas comment observer les gens.

Le billet de mauvaise humeur de l’Affreux (épisode 6)
Le billet de mauvaise humeur de l’Affreux (épisode 6)

Et pour ce sixième billet aux humeurs braziliennes, je m’échappe furtivement du domaine du réel, sinistre ces temps-ci, pour vous offrir une échappée dans une version alternative de ce qu’aurait pu être notre monde si… Épisode 6: …la langue française était devenue universelle…

La Diar(rh)y #3
La Diar(rh)y #3

Incroyable, je tiens le rythme. Troisième diar(rh)y en 3 mois, bien garnie encore cette fois, merci à Valls & Qu’on(les)sort(e) qui fournissent une matière première de choix à tout diar(rh)iste (car il n’y a pas que moi, en chacun de vous sommeille un diar(rh)iste) qui se respecte et respecte son lectorat (euh ceci dit, aucune idée s’il y a des lecteurs, mais bon, on partira du principe optimiste que oui). Allez, c’est reparti pour mai, où on a eu un peu de mal à faire ce qu’il nous plaît, vous en conviendrez.

Sandra Billa, DANS LA PEAU
Sandra Billa, DANS LA PEAU

Quand je ne dors pas… La nuit se traîne… La nuit n’en finit plus… Et j’attends que quelque chose vienne… Mais je ne sais qui je ne sais quoi… J’ai envie d’aimer, j’ai envie de vivre… Malgré le vide de tout ce temps passé… De tout ce temps gâché… Et de tout ce temps perdu… Cette chanson, Sandra, qui t’entête, qui, à chaque fois, te met la mort en tête… Cette chanson, Petula aurait pu l’écrire pour toi. Pauvre Sandra ! Oui…

Le film du jour : SOUTHPAW
Le film du jour : SOUTHPAW

Ceux qui sont familiers de la filmographie sévèrement burnée d’Antoine Fuqua, King Arthur, Training Day, Olympus Has Fallen, The Equalizer n’ont pas été surpris par la nouvelle livrée bourre-pif du réalisateur punchy. Sauf que cette fois, l’animal s’est maqué avec un écorché de la télé, le bien nommé, Kurt Sutter, créateur, entre autres, des violents et Shakespearien à souhait, The Shield et Sons of Anarchy, bien plus causants et vivants que n’importe quel épisode de shows cotonneux servis ces temps-ci.

Le film du jour : BY THE SEA
Le film du jour : BY THE SEA

En attendant, First They Killed My Father: A Daughter of Cambodia Remembers, l’adaptation, actuellement en tournage (et qui fait déjà débat) de l’autobiographie de Loung Ung, auteure et résistante cambodgienne en proie au régime Khmer rouge, jetons l’ancre, le temps d’un soir d’encre, entre terre, ciel et mer houleuse, et revenons sur le dernier film d’Angelina Jolie Pitt, By the Sea, naufragé trop vite dans les oublis de l’océan cinématographique.

La Diar(rh)y #2
La Diar(rh)y #2

Donc la diar(rh)y aura passé l’hiver, malgré les efforts conjugués de certain(e)s pour me faire déserter la toile, tout ça sous le fallacieux prétexte de ne plus pouvoir m’encadrer ni me voir en peinture. Mais l’ingérable, le tartuf(f)e, le pauvre type qui fait pitié, n’a pas désarmé, et a même, sous les aiguillons de ces toreros de pacotille, retrouvé une vitalité taurine qui l’avait depuis trop longtemps désertée. C’est parti pour avril, où non seulement on va dkouvrir le fil de l’actu, mais plus encore, puisqu’on va la dépecer jusqu’à l’os la charogne. Et en guise d’illustrations, des photos (presque toutes) do-it-myself, afin d’éviter le recyclage permanent d’images éculées à force d’avoir été usées.

Le disque du jour : CHEAP TRICK [CD]
Le disque du jour : CHEAP TRICK [CD]

À l’heure où ils viennent d’être intronisés (« enfin » diront certains) au prestigieux musée du Rock and Roll Hall of Fame, les Cheap Trick sortaient le 1er avril dernier leur 17è album studio dans l’indifférence quasi générale de la presse spécialisée française

La sélection Bandcamp de dk #2
La sélection Bandcamp de dk #2

Mes 3 préférés du mois, issus de ce site essentiel pour qui veut ne pas être tributaire des gardes chiourmes du bon goût, qui depuis toujours se dressent entre ceux qui jouent et ceux qui écoutent. Ce mois-ci Big Ups, Soft Fangs et Paul Jacobs. Désolé pour la parité, c’est encore que du mâle. Et plus de notes. On ne note pas ceux qu’on aime.

Chow Mo-Wan, DANS LA PEAU
Chow Mo-Wan, DANS LA PEAU

Je viens d’emménager, chambre 2046, agréablement logée dans une petite résidence surannée. Malgré l’absence de ma femme, les choses, dans l’ensemble, se sont bien déroulées. Au même étage, une nouvelle voisine, Mme Chan, est arrivée en même temps que moi. Son mari aussi manquait, il était parti en voyage… Hasard ou coïncidence ?…

Le film du jour : M (Joseph Losey)
Le film du jour : M (Joseph Losey)

La mémoire collective cinéphile a réservé une place bien particulière à M le Maudit, premier film parlant de Fritz Lang, chef d’œuvre incontournable de la mise en scène de l’entre deux guerres, référence ultime de bon nombre de films noirs des années 50-60 (alors que sorti en 31 !) et qui catalogua Peter Lorre dans des rôles de méchants pendant presque le restant de sa carrière, tant sa présence est magnifiée et énorme. C’est vite oublié le remake qu’en a tiré Joseph Losey vingt ans plus tard, avec « son » M, qui d’ailleurs lui tient la dragée haute de bien des manières.

Le film du jour : IRRATIONAL MAN
Le film du jour : IRRATIONAL MAN

Ou l’homme rationnel contre l’homme intuitif

Irrational Man est la cuvée 2015 de l’intarissable, Woody Allen. Un film pessimiste aux ressorts philosophiques qui se devait de figurer parmi les trophées de Brazil.

Disque du jour : ALEX HARVEY (coffret)
Disque du jour : ALEX HARVEY (coffret)

Je n’aurais jamais cru voir ça avant que la camarde vienne me chercher. Alex fut si mésestimé de son vivant, si réduit à quelques stéréotypes après sa mort, prématurée, à 46 ans, emporté par un l’arrêt brutal d’un cœur qu’il avait, il est vrai, trop grand pour le monde dans lequel il devait s’exprimer, qu’un tel coffret me semblait parfaitement inenvisageable…

La Diar(rh)y #1
La Diar(rh)y #1

La diar(rh)y est la contraction de diary et de diarrhea, anglicisme que j’assume, n’en déplaise aux intégristes de la francophonie, que j’emmerde, comme j’emmerde pratiquement qui que ce soit trouve à redire à ce que j’écris ou fais, et ce depuis toujours. Je finirai seul mais peinard, comme chantait Léo Ferré. Même pas, et ça en emmerde d’ailleurs certain(e)s. Diar(rh)y ou comment avaler notre tartine de merde quotidienne sans en perdre le goût d’en (sou)rire, mais sans aller toutefois jusqu’à y prendre plaisir.

Le billet de mauvaise humeur de l’Affreux (épisode 5)
Le billet de mauvaise humeur de l’Affreux (épisode 5)

Pour ce cinquième billet au chant Brazilien, à l’heure où les intégristes de la pensée cherchent à museler ou fusiller les faiseurs de bons mots, j’ouvre bien grand mon clapet (peut-être pour la dernière fois), pour PROMOUVOIR un droit en « voix » de disparition, la liberté de causer à tort (parfois) et à travers (souvent)…

La sélection Bandcamp de dk #1
La sélection Bandcamp de dk #1

dkelvin bande (encore), dkelvin campe (sur ses positions), dkelvin bandcamp (chaque mois ici-même). Une sélection, issue de ce site sans intermédiaires (ou presque) entre émetteurs et récepteurs, de mes 3 préférés du mois, tous genres (ou presque) confondus. Ce mois-ci Kal Marks, The Spires, Space Gong.

Nina Sayers, DANS LA PEAU
Nina Sayers, DANS LA PEAU

Mon corps est tendu, mon port altier, mon sort inversé. Toute ma peau perle sous les strasses étoilées. Je suis hissée sur l’estrade, comme vissée. La gloire me porte. Mes pieds sont durs comme la pierre, chaussés de pointes, je vois le vide d’en haut. Je suis couronnée de succès. Je surplombe le néant. Je me meus comme une plume en un vent nocturne. Je ne sens plus mon corps. Dans quelle immortalité, j’erre ? Dans quelle ère ? Suis-je en plein rêve ? Je ne sais plus. Je sens qu’ici tout diffère…

Julian Kaye, DANS LA PEAU
Julian Kaye, DANS LA PEAU

« Color me your color, baby… Color me your car… Vous avez besoin d’un chauffeur ? Appelez-moi ! Julian Kaye saura vous conduire sans vous éconduire. Color me your color, darling… I know who you are… Vous êtes en panne d’amour ou en peine de cœur ? Appelez-moi ! Julian Kaye, sans peine, vous consolera sans panne. Come up off your color chart. I know where you’re comin’ from…

Marianne, DANS LA PEAU
Marianne, DANS LA PEAU

« Comment c’était déjà ? Le premier vers de Baudelaire… La Beauté ? « Je suis belle… » Immortelle… ? Non : « ô mortels!… comme un rêve… » de verre ? ou de pierre ? Oui : « comme un rêve de pierre… Et mon sein, où chacun s’est meurtri tour à tour, Est fait pour inspirer au poète un amour… » Celui-là, je le connais par cœur…. Après, je ne me souviens plus. Peu importe.

Le billet de mauvaise humeur de l’Affreux (épisode 4)
Le billet de mauvaise humeur de l’Affreux (épisode 4)

Ce matin, des nuages chargés d’une grisaille fielleuse pointent leur tronche au-dessus de ma trogne mal lunée… J’ai le poil torve, l’haleine chargée, j’ai mal pioncé… Un café mal ingéré avalé, je m’attelle à la petite douceur qui me fera digérer la journée, mon billet de mauvaise humeur !

Nadine Chevalier, DANS LA PEAU
Nadine Chevalier, DANS LA PEAU

Nadine Chevalier, DANS LA PEAU « Dis-lui que tu l’aimes… Allez vas-y, dis-lui : « Je t’aime »… Vas-y ! Dis-lui que tu l’aimes… Mais, non, je ne peux pas ! Je ne peux pas dire cela… Je regrette… je ne le peux pas… Qu’est-ce que ça signifie ? Je ne sais pas ce que cela veux dire, encore : « Aimer » ? C’est […]

Bob Harris, DANS LA PEAU
Bob Harris, DANS LA PEAU

Bob Harris, DANS LA PEAU « Comment dit-on en japonais : «  Je m’appelle Bob » ? Watashi wa… Bob to moushimasu… Ouais, OK. Et : « Bonjour » ? Konnichi wa… Fastoche… Et : « Enchanté de vous connaître » ? Sumimasen ? Non, c’est pas ça… Hum… Hajimemashite ! Yeah, c’est OK… Et : « Je suis américain », bah, ça, j’en sais foutre rien… Pas besoin… […]

Le billet de mauvaise humeur de l’Affreux (épisode 3)
Le billet de mauvaise humeur de l’Affreux (épisode 3)

Ce matin, des nuages chargés d’une grisaille fielleuse pointent leur tronche au-dessus de ma trogne mal lunée… J’ai le poil torve, l’haleine chargée, j’ai mal pioncé… Un café mal ingéré avalé, je m’attelle à la petite douceur qui me fera digérer la journée, mon billet de mauvaise humeur !

Et pour ce troisième billet aux couleurs braziliennes, c’est l’Académie des Oscars qui fait son entrée sur la scène de l’Affreux…

Le billet de mauvaise humeur de l’Affreux (épisode 2)
Le billet de mauvaise humeur de l’Affreux (épisode 2)

Ce matin, des nuages chargés d’une grisaille mélancolique pointent leur tronche au-dessus de ma trogne mal lunée… J’ai le poil torve, l’haleine chargée, j’ai mal pioncé… Un café mal ingéré avalé, je m’attelle à la petite douceur qui me fera digérer la journée, mon billet de mauvaise humeur !

Mia Wallace, DANS LA PEAU
Mia Wallace, DANS LA PEAU

« J’ai fait un rêve… J’ai rêvé que je volais. Oh, pas comme ces stupides super-héros le poing devant, ou comme un vulgaire oiseau à battre bêtement des ailes, non… Comme un aigle fond sur sa proie, je sautais du haut d’un building, et je fonçais tête baissée, les muscles bandés, je planais carrément ! Je disais au monde entier : « Je vole ! Je vole ! Regardez ! » Ce rêve, je le fais tout le temps, je m’en éveille en sursaut et en sueur… Je suis persuadée que je peux voler, en vrai. Je peux voler c’est sûr, un jour j’essaierai.

Lou Bloom, DANS LA PEAU
Lou Bloom, DANS LA PEAU

« Je suis antipathique. Je sais. Je suis à la limite de l’éthique, (limite pathétique, je vous entends d’ici). Je suis misanthrope, doublé d’un nyctalope… (ça fait rêver). Je suis un oiseau de nuit. Un vautour rodant aux alentours, un ver de terre à l’affut des étoiles, un rampant nécrophage, un croque-mort (non, un traque-mort)… Je suis un paparazzo défaiseur de sort. Je suis un voleur de dernier souffle, je suis le traqueur de la dernière marche, je suis le hacker du dernier battement de cœur… Ça vaut de l’or… La mort… Ça vaut de l’or.

Le billet de mauvaise humeur de l’Affreux (épisode 1)
Le billet de mauvaise humeur de l'Affreux (épisode 1)

Ce matin, des nuages chargés d’une grisaille fielleuse pointent leur tronche au-dessus de ma trogne mal lunée… J’ai le poil torve, l’haleine chargée, j’ai mal pioncé… Un café mal ingéré avalé, je m’attelle à la petite douceur qui me fera digérer la journée, mon billet de mauvaise humeur !

Et pour ce tout premier billet d’humeur enchantée aux couleurs braziliennes, à graver dans vos annales rectales, c’est l’ami Tarantino qui ouvre le bal des Affreux…

Le disque du jour : SAHARA SURFERS [CD]
Le disque du jour : SAHARA SURFERS [CD]

Voilà un groupe qui a judicieusement choisi son patronyme. Il y a en effet statistiquement autant de chances de tomber sur un troupeau de surfers au Sahara que sur un grand groupe Stoner dans les Alpes Tyroliennes. Et bien voilà de quoi faire mentir ce vil adage suintant de préjugés, car ce quatuor offre, avec ce splendide 3ème album, une sorte de quintessence de que devrait être ce genre, qui paraît donc retrouver une nouvelle fraîcheur.

Le disque du jour : LOS LOBOS [CD]
Le disque du jour : LOS LOBOS [CD]

Les loups de la ville des anges ne hurlent plus les soirs de pleine lune, mais hululent toujours pour le plus grand bonheur des aficionados (très nombreux aux states et de façon plus éparse chez nous, grand pays du rock devant l’absolu).

FACES : You Can Make Me Dance, Sing Or Anything
FACES : You Can Make Me Dance, Sing Or Anything

La crise du disque n’en finit pas de persister et les majors —ou ce qu’il en reste— n’ont rien de mieux à faire pour la contrebalancer que de s’en prendre aux porte-monnaie de ceux qui continuent inlassablement à vouloir écouter la musique autrement qu’en streaming sur un ordinateur, c’est-à-dire —pour schématiser— les générations ayant grandi entre la sortie de Rubber Soul (1965) et celle d’Ok Computer (1997). Donc, la ressortie du catalogue complet de Led Zeppelin à peine achevée, c’est un autre monument du rock des années 70 que nous propose Warner avec un coffret qui rassemble les quatre albums studios des Faces ainsi qu’un cinquième LP bourré d’inédits, versions alternatives et live.

Dorothy Vallens, DANS LA PEAU
Dorothy Vallens, DANS LA PEAU

« Le bleu qui farde mes yeux, comme un voile de velours sombre, trouble ma vue. Je vois les affres de ma vie si safres… Parfois, je ne distingue plus ni le vert ni le rouge… Parfois, le ciel est comme la terre, d’un identique azur… Cela m’effraie. Je sens que je me noie… Même ces maudites larmes qui découlent de la plaie de mon âme m’inondent d’effroi… J’ai peur, je me sens sale… Ressaisis-toi, Dorothy, l’on t’appelle… »

Le disque du jour : THERAPY?
Le disque du jour : THERAPY?

Que Troublegum (1994) soit un chef-d’œuvre, yes, of course, il n’y a pas un seul débatteur qui pourra me prouver le contraire —ou alors il ne finira pas la soirée dans la meilleure forme de sa vie. Mais que la formidable discographie du groupe irlandais en soit réduite à la seule expression de ce nirvanesque sommet est une telle contrevérité que je ne vous laisserai même pas poindre un angström.

Le disque du jour : BLACKWATER PROPHET [CD]
Le disque du jour : BLACKWATER PROPHET [CD]

Ce tout jeune groupe de Spokane (une bourgade d’environ 200 000 âmes dans l’état de Washington) nous propose ici pas moins que le meilleur album de Stoner depuis que le dernier vautour du désert a vu mourir un touriste américain de faim. Un bail quoi. Voilà qui mérite qu’on s’y attarde un peu.

Le disque du jour : GNAW THEIR TONGUES [CD]
Le disque du jour : GNAW THEIR TONGUES [CD]

« Privilège » de l’âge, les musiques qui évoquent la mort trouvent en moi un écho de plus en plus puissant. D’aucuns diront que j’avais des prédispositions, un terrain favorable. Je ne le nierai pas, mais tout de même, l’aggravation est palpable, et ce nouveau Gnaw Their Tongues une inquiétante illustration.

Le disque du jour : ALTERNATIVE TV
Le disque du jour : ALTERNATIVE TV

En préambule, une dklaration de conflit d’intérêt. En effet, l’auteur de ces lignes est par ailleurs un fan aveugle (aveuglé diront certains) d’Alternative TV en général, et de Mark Perry en particulier, et ce depuis la parution de leur premier single « How Much Longer / You Bastard » en 1977. Il faut dire qu’un single sur lequel figure la pochette d’Outrageous ne peut que susciter le respect, mais il en aurait tout de même fallu plus pour dklencher une addiction aussi tenace.

Le disque du jour : RICHARD THOMPSON [CD]
Le disque du jour : RICHARD THOMPSON [CD]

Le disque du jour : Richard Thompson, « Still » (Proper Records) Magnifique surprise que ce nouvel opus du Britannique, Sir Richard Thompson. Oui, vous avez bien lu, je me suis permis d’inclure le Sir qui n’est pas l’œuvre d’un don de la reine (oui, la dernière charité d’une dynastie royale n’est-elle pas la tête d’un Louis sur […]

Le disque du jour : BILL WYMAN [CD]
Le disque du jour : BILL WYMAN [CD]

Une chose est certaine, les Rolling Stones font partie intégrante de la grande histoire du rock’n’roll. La pierre est même placée tout en haut de la pyramide et ceci quel que soit votre degré d’affinités avec les Londoniens. Ceci ne souffre aucune contestation. Paradoxalement, aucun de ses membres (passés/présents/futurs) n’a réussi la gageure de proposer une discographie cohérente en tant qu’entité individuelle.

Le disque du jour : ROLLING STONES [CD/LP…]
Le disque du jour : ROLLING STONES [CD/LP…]

Le disque du jour : ROLLING STONES Troisième parution de la collection « From the Vault » consacrée aux meilleurs enregistrements live des Rolling Stones à travers les époques. Super bonne pioche cette fois-ci (encore plus que les deux fois précédentes, disons) avec le concert du Marquee Club (l’ancien, le vrai, l’unique, le mythique) en mars 1971, soit […]

Le disque du jour : SLASH [CD/DVD]
Le disque du jour : SLASH [CD/DVD]

Parfaite synchronisation (forcément pas une coïncidence, sont malins chez Eagle Vision) : au moment où Slash, accompagné de Myles Kennedy et de ses Conspirators de choc s’apprêtent à welcomer dans la jungle du Hellfest, sort cet excellent live, rock & roll jusqu’au bout du médiator et, cerise sur la chouquette, enregistré au mythique Roxy, sur Sunset Boulevard, à L.A.


Kankoiça
juin 2017
L Ma Me J V S D
« mai    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  
Koiki-ya