Abonnez-vous !

WELCOME TO GOOFLAND BRAZIL (and Crossroads) 3.0 — Archives — Livres — Uchronia

CHRONIQUES CINÉ JUIN 2017

CHRONIQUES CINÉ JUIN 2017

PAR THOMAS LÉCUYER

Cherchez la femmeCHERCHEZ LA FEMME

Un jeune étudiant se travestit sous une burka pour continuer à voir sa bien-aimée tombée sous le joug de son frère aîné radicalisé après un long séjour au Yémen. Derrière ce pitch particulièrement osé et casse-gueule se cache une comédie pertinente et délicate, qui aborde frontalement le thème de l’endoctrinement religieux et du voile intégral par le biais de la comédie romantique. La réalisatrice franco-iranienne Sou Abadi réussit un coup d’éclat dans le paysage moribond de la comédie française : faire rire et faire réfléchir en même temps. Entre actualité brûlante et clin d’œil à l’éternelle comédie américaine Certains l’Aiment Chaud, une brillante réussite portée à l’écran par le beau duo Camélia Jordana/Félix Moati.

Sortie salles le 28 juin

 

Transformers 5TRANSFORMERS : THE LAST KNIGHT

Outre-Atlantique, le cinquième opus des aventures des robots transformeurs a été élu « film le plus ridicule de l’année ». Une récompense bien méritée. Ça fait du bruit, beaucoup trop, et pour rien, c’est visuellement insupportable, très mal écrit, et ça n’a aucun sens. Voici livré sur grand écran une série de scènes de batailles interminables, une tripotée d’effets numériques mêmes plus bluffants, un machisme hallucinant qui nous résume, en gros, que l’important pour les mecs c’est d’en avoir une grosse paire, et pour les nanas aussi, même si c’est du silicone. En cadeau bonus, on a même droit à un peu de Anthony Hopkins, venu se perdre ici pour arrondir ses fins de mois.

Sortie salles le 28 juin


Ce qui nous lie

CE QUI NOUS LIE

Cédric Klapish délaisse les villes qui l’inspirent tant. Après Paris, Barcelone, Saint Pétersbourg et New York, le plus urbain des cinéastes français prend la tangente bourguignonne pour nous raconter une histoire de fratrie décomposée qui va se reconstruire au gré des saisons, mûrir et se bonifier comme le vin qu’ils fabriquent. Car ces frangins là, impeccablement interprétés par Pio Marmaï, Ana Girardot et François Civil, doivent reprendre en mains la propriété viticole familiale après le décès de leur père. Comme souvent chez Klapisch, une profonde humanité, des dialogues savoureux et intelligents, de la tendresse, et du rire font de ce cru 2017 une excellente cuvée. Quelques réflexions pleines de sens sur le faux conflit qui règne entre le poids des traditions et l’exigence de la modernité, et une belle description des terroirs et du monde vigneron donnent de la profondeur à l’ensemble.

Sortie salles le 14 juin

 

The TransfigurationTHE TRANSFIGURATION

Moderniser et urbaniser le mythe du vampire en le débarrassant au passage de tous ses oripeaux spectaculaires dans une variation ultra-minimaliste. Une belle idée de départ gâchée peut-être par une trop grande ambition face à son sujet, et surtout des précédents particulièrement réussis. On pense bien sûr au chef-d’œuvre suédois du genre, Morse, qu’il faut vite (re)voir si ce n’est pas déjà fait, pour la partie vampire, et au formidable Moonlight pour la variation sur le jeune black de banlieue rejeté pour ses différences. The Transfiguration n’est qu’un hybride déprimé et mou du genou de ces deux réussites.

Sortie salles le 14 juin


Le grand méchant renard et autres contesLE GRAND MÉCHANT RENARD ET AUTRES CONTES

C’est un petit miracle. La transposition d’une bande dessinée sur grand écran n’est en général ni plus ni moins qu’un massacre de l’œuvre originale. L’adaptation au cinéma de la formidable bande dessinée de Benjamin Renner, récompensée de nombreuses fois lors de sa sortie en 2015, échappe à ce triste sort et conserve l’irrévérence, l’absurde, l’ironie, la tendresse et la simplicité du trait et des bulles originales. Benjamin Renner, qui a déjà signé la belle version animée d’Ernest et Célestine, transpose donc avec brio sa propre œuvre, et nous parle des petits problèmes des humains à travers des contes anthropomorphes à la façon des Fables de La Fontaine ou des Contes du Chat perché de Marcel Aymé, avec toute une animalerie forte en caractère et haute en couleur ! Un régal pour petits et grands, à partager en famille !

Sortie salles le 21 juin

 

Baywatch:Alerte à MalibuBAYWATCH/ALERTE À MALIBU

Cette idée récurrente d’adapter les séries cultes des années 80 et 90 a beau sentir le rance et ne produire que très rarement de brillants résultats, les studios hollywoodiens persistent et signent dans le junk-movie. Un junk-movie, c’est un peu comme de la junk-food : industriel, uniformisé, disponible partout, vite consommé, trop gras, trop sucré, trop salé, bourré d’hormones (ah ! Dwayne Johnson !), de plastique (ah ! Tous ces faux seins) et paradoxalement sans aucune saveur authentique. Vulgaire et relou, s’il doit y avoir une alerte à Malibu, c’est bel et bien pour flagrant délit de mauvais goût.

Sortie salles le 21 juin


Kankoiça
juin 2017
L Ma Me J V S D
« mai   juil »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  
Koiki-ya