Abonnez-vous !

WELCOME TO GOOFLAND BRAZIL (and Crossroads) 3.0 — Archives — Livres — Uchronia

John Howe, le magicien gris à Paris

John Howe, le magicien gris à Paris

Par Filakter

Un peu à la dernière minute, je tombe sur une info coup de tonnerre pour moi : John Howe sera à Paris pour le vernissage de son exposition à la Galerie Arludik dans le 4e arrondissement.

John_Howe_Arludik_2017_1Un kaléidoscope de souvenirs se met à tournoyer sous mes yeux, une madeleine de Proust version fantaisiste. Je revois de superbes couvertures de livres « dont vous êtes le héros » et autres romans, je revois d’inaltérables calendriers d’heroic-fantasy, des artbooks magnifiques de mondes imaginaires, des photos de paysages sauvages et romantiques et puis, forcément, la Terre du Milieu inventée par Tolkien, dessinée par John Howe, mise en scène par Peter Jackson dans Le Seigneur des Anneaux. C’est comme une choc émotionnel de me dire que je vais rencontrer un personnage aussi mythique que ses dessins, une sorte de figure depuis longtemps idolâtrée à tel point qu’on en oublie que c’est une personne réelle. Et ça oui, il est bien réel John Howe, les reportages, bonus de DVD, documentaires en tous genres nous l’ont bien dit, mais rien ne vaut de le voir en vrai.

Direction l’Île Saint Louis, donc, malgré la longue journée et les menaces d’orage. Tout cela prend l’allure d’une expédition aventureuse, une sorte de quête initiatique : je pars vers une île multiséculaire à la rencontre d’un légendaire magicien gris… D’autres ont mesuré l’importance de l’événement et on trouve dans l’assistance des artistes parmi lesquels Michel Borderie, Eric Puech, Hubert de Lartigue, Alain Brion ou encore Tony Sandoval… Tout en barbe et en lunettes, ce grand monsieur qu’est John associe à sa maîtrise graphique la plus grande des gentillesses. C’est un homme paisible et attentif qui malgré la pression de ce genre d’événement prend le temps de sourire, de saluer chacun, de faire des dédicaces, de discuter peinture, romans et cinéma, de regarder les planches timidement apportées par ses émules et même de faire… des selfies ! Je n’ai pas boudé mon plaisir, j’ai pris le temps de bavarder avec lui et c’est avec une soif intarissable que j’ai bu les paroles du maître, tentant de capturer une part de la magie qui s’en dégage.

John_Howe_Arludik_2017_4Sur les murs clairs de la galerie sont donc accrochées quelques œuvres originales que les plus aisés pourront acquérir pour une somme moyenne de 4500 euros. Le noir et blanc est à l’honneur et rend justice à ce fameux coup de crayon de l’artiste. Pour ceux qui l’ont vu s’exécuter, vous aurez repéré sa façon si particulière se saisir son crayon, à la mine interminable, taillée à la serpe. Le œuvres en couleur, moins nombreuses, affichent des tons plus sombres, volontiers nocturnes, tirent vers le bleu ou le John_Howe_Arludik_2017_3vert. On retrouve par exemple une référence assumée au tableau du symboliste Arnold Böcklin, L’Île des morts , que John avoue beaucoup apprécier et qu’il avait déjà cité sur une illustrations A song For Arbonne II.

Les sujets représentés ne sont pas connus du grand public mais semblent faire la somme de ses univers, de ses passions et des ses rêves : des créatures improbables comme ces corbeaux à moité humains ; des statues cyclopéennes sphinx et dragons, que le cadre ne peut saisir en entier, des être ailés en armure, des navires volants… Pour ma part, je choisis d’interpréter ce que j’ai vu comme une constante alliance des contraires. L’humain et l’animal, la couleur et le noir et blanc — parfois dans un même cadre —, l’ombre et la lumière, le minéral et le végétal, le liquide et le solide, le terrestre et l’aérien. Rien de vraiment commun, rien de normal ni ordinaire, bref, la banalité est tout simplement bannie.

L’exposition d’Arludik lève le voile sur un pan méconnu de l’œuvre du magicien gris. On peut leur dire merci. Vous avez deux mois pour vous laisser enchanter par les sortilèges artistiques de John Howe.

John Howe à la Galerie Arludik 12-14 rue Saint-Louis en l’Île, 75004 Paris, entrée libre du 11 mai au 8 juillet 2017.

John_Howe_Arludik_2017_6


Kankoiça
mai 2017
L Ma Me J V S D
« avr    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  
Koiki-ya