Abonnez-vous !

WELCOME TO GOOFLAND BRAZIL (and Crossroads) 3.0 — Archives — Livres — Uchronia

Universal War Two, tome 3 [BD]

Un grand classique de SF vient de sortir son dernier tome, on ne résiste pas au plaisir d’en parler. Pour ceux qui viennent d’une autre galaxie, et qui n’ont jamais entendu parler d’Universal War, il s’agit d’une fresque épique et futuriste avec au programme, rien moins que des voyages dans le temps, des courses intersidérales, des enjeux interplanétaires et des batailles spatiales…

 

universal-wartwo-t3Comment ne pas craquer devant des couvertures toutes plus époustouflantes les unes que les autres ? Toutes les trois, malgré des décors et des contextes différents, font apparaître des machines volantes glissant vers un triangle aux proportions démesurées. Le triangle, forme géométrique à la fois universelle et fascinante ; source des mystères et réponse aux questions ; alpha et oméga de ces aventures spatiales…

Le premier cycle, Universal War One (six tomes chez Soleil) s’était achevé d’une façon qu’on vous laisse découvrir avant de lire ce qui suit. Le nouveau cycle Universal War Two (trois tomes sur six chez Casterman) quant à lui, présente un monde remodelé, sous la domination un peu trop bienveillante des Cananéens, des humains supérieurs qui ont eu le temps d’évoluer, aussi bien sur le plan technologique que moral.

Denis Bajram (qui vient tout juste de recevoir le « Prix Extraordinaire »des Utopiales de Nantes 2016) refuse toute forme d’utopie ou d’idéalisme et a montré dès le 1er tome que ce monde parfait ne tenait pas la route. Mars, qui abritait les derniers vestiges de l’humanité, avait vu éclater des révoltes et des attentats sanglants contre l’occupant.  : « Leave our kids alone » peut-on lire sur un mur. derrière ce petit clin d’oeil à Pink Floyd, on sent poindre le refus de la pensée unique, du conformisme abrutissant. On rejette encore toute forme de collaboration ou d’asservissement à une « race » supérieure. Pourtant, très vite, une menace encore plus importante se fait sentir lorsque les humains sont attaqués par une puissance largement supérieure à tout ce qu’ils ont pu connaître alors. Des triangles noirs comme l’infini font disparaître peu à peu tout ce qui fait la civilisation humaine. Fidèle à ses engagements depuis le tout premier album, Denis Bajram garde des titres à résonance biblique. Pas de prêchi-prêcha, bien au contraire. Je cite la bulle de l’un des protagonistes, toute pleine d’ironie et d’autodérision : « Jésus Marie Joseph… Mais qu’est-ce que j’ai pu faire au bon Dieu pour que ces conneries religieuses existent encore ? »).

Dans ce tome intitulé « L’Exode », on présente des personnages qui fuient tant bien que mal une situation qui leur déplaît. Cette fois, pas de Moïse pour les guider, pas de Pharaon pour les chasser. L’héroïne Théa (sacré nom d’athée) tente péniblement, avec ses compagnons, de retrouver leur terre perdue et d’identifier l’ennemi qui s’en est pris à eux. Cette joyeuse troupe perdue dans l’espace constitue une équipe improbable mais dans laquelle chacun a sa spécialité : Malik, Marco, Nova, Toshi, Howard Milus… et Kalish. A défaut de découvrir les limites de l’univers, beaucoup d’entre eux arrivent aux limites de leur compréhension et le font savoir. C’est l’album de la série qui comporte le plus de grossièretés de langage à ce jour. Oui, c’est pour les adultes, des adultes qui prennent conscience de ce qu’ils ignorent, dont l’errance met en lumière les erreurs. Y a-t-il une espoir de retour pour cette curieuse odyssée de l’espace ?

Le dessin de Bajram n’a cessé de gagner en précision et en profondeur. L’expression des visages, le design des vaisseaux, les couleurs de l’univers, l’architecture étrangère… mais aussi le contour noir des cases, qui augmente les contrastes et donne une vraie élégance à l’album, sont des atouts majeurs de cet ultime opus. La route est encore longue jusqu’à ce que tout soit compté, pesé et divisé. Avant que cette saga intergalactique ne s’achève dans une flamboyante apocalypse, feuilletez les pages de ce qui reste une révélation de la science-fiction.


Filakter

 


Kankoiça
novembre 2016
L Ma Me J V S D
« oct   déc »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930  
Koiki-ya