Abonnez-vous !

WELCOME TO GOOFLAND BRAZIL (and Crossroads) 3.0 — Archives — Livres — Uchronia

Mon ami Dahmer de Derf Backderf [BD]

Mon ami Dahmer1Mon ami Dahmer de Derf Backderf :

« Le garçon qui n’était pas à sa place »

John « Derf » Backderf abandonne le journalisme pour se consacrer au dessin. Le succès de son roman graphique Punk Rock &Trailers Parks le convainc de reprendre une histoire de son enfance ; il met alors son dessin anguleux au service d’un récit autobiographique. Mais plutôt que de simplement raconter sa propre vie, il nous livre son point de vue sur un camarade de classe, un de ces nombreux gars sans histoire, en apparence, qui est devenu pourtant un tueur en série, « le cannibale de Milwaukee » et qui finira assassiné dans sa cellule par un codétenu en 1994.

L’album, noir et blanc, quatre parties plus un épilogue, est assez peu banal pour être remis au goût du jour. Son dessin troublant faussement rond colle bien à ce récit glauque. Une première version courte paraît en 1994 avant que l’auteur ne l’améliore en 2012. Prix de la révélation à Angoulême 2014, ça oui, il y en a de la révélation. Ceux d’entre vous qui seraient passés à côté peuvent faire marche arrière et se plonger dans les coulisses d’une affaire sordide, mais sans complaisance.

C’est au collège, dans les années 70, que Derf fait la connaissance de Jeff Dahmer. Ce gamin sans ambition et sans éclat semble programmé pour être le loser de service. Celui que dans les séries américaines on voit se faire tabasser, racketter, humilier sans que cela n’émeuve qui que ce soit.Grâce à ses souvenirs, mais aussi à des témoignages, à des articles de l’époque ou encore à des comptes-rendus d’enquête (rendus disponibles grâce au Freedom of Information Act qui fait basculer des documents dans le domaine public), l’auteur s’attache à nous montrer l’envers du décor. Une narration à la première personne, sorte de voix off qui sa cale sur des cadrages cinématographiques, nous guide à travers les sentiers sinueux de la perdition.

Qu’est-ce qui peut pousser un jeune Américain moyen à tuer 16 personnes ? À parfois seMonAmiDahmer2 livrer à des rapports sexuels avec leur cadavre ? Voire à en consommer la chair ? Malgré cette réalité terrifiante, ne vous attendez pas à sombrer dans le voyeurisme ou des scènes gore, ce n’est pas le propos de Derf, ici. Non, vous verrez plutôt le quotidien de ce garçon dont les parents se disputent ; vous verrez un chimiste en herbe qui utilise l’acide pour faire des expériences douteuses sur des animaux morts ; vous verrez un ado qui singe des troubles psychomoteurs pour amuser la galerie, vous verrez surtout un môme perdu qui occulte ce qu’il est.

Ce que Derf montre aussi sans dénoncer, c’est que les enfants, au fil des années, constatent la bizarrerie de leur camarade, son alcoolisme précoce, son absence d’empathie pour les autres, mais les adultes restent aveugles à tout cela. Derf et ses copains s’étaient amusés à faire apparaître Jeff sur des photos de groupe auxquelles il n’était pas convié. Une enseignante, ulcérée de cette blague potache, efface au marqueur le visage du blagueur. Cette photo authentique est reproduite dans l’album et résume au mieux la situation de « ce garçon qui n’était pas à sa place». Que serait devenu Jeff s’il avait eu en face de lui des interlocuteurs compétents ? Si on avait fait plus attention à lui au lieu de le mépriser ? S’il avait exprimé ce qu’il ressentait au lieu de le cacher ? En fin d’album, dans une scène se déroulant en 88, les copains imaginent ce que Dahmer a pu devenir. L’un d’eux s’exclame en riant : « C’est sûrement un tueur en série à l’heure qu’il est ». Aucun ne se doute alors que c’est la plus effroyable des vérités.

Que ce soit dans la préface de Stéphane Bourgoin, écrivain spécialisé en criminologie, dans l’introduction de Derf ou dans ses notes fournies et très documentées, nul ne cherche à excuser le criminel. La question est de savoir comment éviter que cela ne se reproduise. On peut remercier l’éditeur Çà et Là d’avoir fait émerger ce titre en France. Ici aussi, nous avons des questions à nous poser sur les gens sans histoires que personne ne remarque et qui se révèlent ensuite dans des actes d’une violence démesurée.

Mon ami Dahmer de Derf Backderf (Éditions Çà et Là, 2013, 20 €)


Filakter


Kankoiça
mars 2016
L Ma Me J V S D
« fév   avr »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  
Koiki-ya