Abonnez-vous !

WELCOME TO GOOFLAND BRAZIL (and Crossroads) 3.0 — Archives — Livres — Uchronia

Bob Harris, DANS LA PEAU

Bob Harris, DANS LA PEAU

BOB-HARRIS-LOST-IN-TRANSLATION-couvertureweb

« Comment dit-on en japonais : «  Je m’appelle Bob » ? Watashi wa… Bob to moushimasu… Ouais, OK. Et : « Bonjour » ? Konnichi wa… Fastoche… Et : « Enchanté de vous connaître » ? Sumimasen ? Non, c’est pas ça… Hum… Hajimemashite ! Yeah, c’est OK… Et : « Je suis américain », bah, ça, j’en sais foutre rien… Pas besoin… tout le monde, ici, sait trop bien qui je suis. Et : « Je vais bien » ? En même temps, je dis jamais ça au cas où ça tournerait mal… Ahaha… OK, mon vieux, un dernier pour la route… Comment dit-on : « Bonjour, je suis Bob… Bob Harris, la quarantaine bien tapée. Je suis une star interplanétaire multi-primée, un vieux con moultement déprimé, en pré-burnout, alcoolique au dernier degré… En somme, un cas désespéré… Y a qu’un bon Chet Baker et un Scotch pour me remettre sur pied ! »

 *

BOB-HARRIS-LOST-IN-TRANSLATION10Saloperies de douches japonaises, une véritable torture pour le géant vert que je suis… Allez, reprenons : comment dit-on : « Yeah, Adam, j’ai zappé ton anniversaire, mais maman m’a dit qu’elle était sûre que tu comprendrais !? ». Et puis, comment dit-on : « Papa est un gros con » et « Bob est un très mauvais mari, un gars rasoir, un acteur sans Oscar, limite ringard… » Nom de Dieu ! Y a déjà plus d’eau chaude… On peut même pas penser à se palucher dans cette satanée cabine… Tu m’étonnes que toutes les fenêtres dans les hôtels japonais sont condamnées. Y a vraiment de quoi se défenestrer… C’est la patrie des suicidés… C’est peut-être pour ça que je suis venu dans ce foutu Tokyo, non pas pour m’envoyer en l’air mais pour me foutre en l’air ! Bon… Bob reprends-toi, mon vieux… C’est pas si grave… Je vais rappeler Adam, le décalage horaire, il comprendra, ou je ferai envoyer un FAX… Voilà, je vais faire ça, ça fera plaisir à Lydia… Comment dit-on : « Happy Birthday », dans cette fichue île ? Et : « Perdu » ? Comment dit-on : « Perdu », ici ? Je ne sais plus…

*

BOB-HARRIS-LOST-IN-TRANSLATION-4Quel drôle de pays, même les putes, ici, sont bizarres… Bah, je suis pas un homme à putes, mais celle-là, bon Dieu, elle était frappée du casque… C’est peut-être ce qu’ils appellent les neo geishas… On mettra ça sur le compte de l’intention qui compte… J’ai cet air en tête qui est passé l’autre soir… encore un Spleen de Chet Baker. Jamais je ne me lasserai de tes nostalgies nomades et de ton pessimisme ambiant, mon vieux… The Thrill is Gone… Tu m’étonnes ! Je commanderais bien un second Scotch… Comment dit-on : « Hey, Garçon, verse m’en un autre et que ça saute… » Ou non, « File-moi la bouteille contre mon oseille… Je vais me mettre une mine d’anthologie, cette nuit… » OK, resservi, un seul geste a suffi… C’est vrai, je suis légendaire aux quatre coins du globe oculaire on connaît mes yeux réverbères… Je suis Bob Harris, je suis le nombril du monde… Je suis le loup blanc aux grandes dents… Avec mon smoking débraillé et mes yeux fardés, y a qu’à demander, les petites pépés…. Allez, Bob, celui-là, cul sec… Et mystère… il me ressert… OK… « For relaxing times, make it Suntory Time… »… Ça passe aussi avec un bon vieux Scotch… Je ne sais pas qu’elle est la solitude que je préfère, celle décalée de Tokyo toquée, ou celle dans les draps du désarroi de Lydia… Tiens, une crinière rousse est entrée en scène… Ça me rappelle, la petite frimousse de l’ascenseur, une Américaine sans doute ou était-elle irlandaise ?… Son sourire d’angelot, sa peau de lait, sa bouche-bibelot, une pomme tombée des nues…Quel âge avait-elle, cette belle ingénue ? Elle semblait aussi égarée que moi dans ce fichu pétrin japonais, si je la recroise, je la saluerai de mon mieux… Tiens, allez, à ta santé, mon vieux.

*

BOB-HARRIS-LOST-IN-TRANSLATION-9webÔ Charlotte, je t’ai déjà dans la peau… Aurais-je dû t’embrasser en te quittant tout à l’heure ? Tout m’invitait à rester… Non, Bob, on n’abuse pas de l’ivresse d’une jeune femme… Le gentleman que tu es a une réputation solide à ce sujet… Quelle heure est-il ? J’ai perdu le sommeil… Je ne sais plus si c’est le jour ou la nuit… Je n’ai pas fermé l’œil depuis que j’ai posé le pied sur le territoire tokyoïte… Vingt-cinq ans de mariage, et jamais une seule aventure… Quelques pieux flirts tout au plus… Oh, Bob, tu es un ange ! Le mari parfait ! De quoi te plains-tu, Lydia ? Comment ? Je t’entends encore de là ! Quel type de moquette pour mon bureau : Bordeaux ? Lie de vin ? Carmin ? Bon sang, Lydia, elles sont toutes rouges… Aphrodisiaque Charlotte, je pourrais me laisser aller… Avec elle, je pourrais tout recommencer… Paradisiaque… je pourrais m’en aller, ou rester, m’abreuver à la fontaine de la jouvencelle…… Rêveries d’insomniaque… Oh Seigneur, ce Scotch m’a filé une de ces migraines… Charlotte dit-elle vrai ? Suis-je en pleine crise de la quarantaine ? Le sait-elle mieux que moi-même ? Et Lydia, aussi le pense-t-elle ? Quel échec ! C’est pour ça qu’elle met des murs de moquette entre elle et moi ? Ô, Charlotte, je voudrais te rejoindre, me glisser sous tes draps et me blottir contre ta peau de lait… Mon père me disait bien que vêtir un tee-shirt à l’envers portait bonheur et mettait la vie sens dessus dessous… Charlotte est-elle ce bonheur qui me renverse ? More Than This… Tu as raison mon vieux Brian… Il n’y a rien au-dessus de ça… Dis-moi, si quelque chose surpasse ça ? Non. Rien…

*

BOB HARRIS LOST IN TRANSLATION 3BISTokyo, je te quitte à regret… Cette semaine était l’une des plus magiques de ma vie si vaine… Serais-je enfin en veine ? Qui l’aurait cru ? Je pourrais ne plus jamais partir d’ici… Je me sens à la fois perdu et définitivement chez moi… Ici, tout est possible. Je pourrais tout recommencer… Vivre du Suntory timeHappy time… Je suis pris dans les embouteillages… Mon avion s’apprête à décoller sans moi à l’heure qu’il est … Je suis déjà revenu sur mes pas, Charlotte m’a embrassé… Ce que je ressens, elle le sait à présent. Elle le sait… Devrais-je faire demi-tour encore, et ne plus la laisser ?… Fichu chauffeur qui fait du surplace… Devrais-je décamper ? Tout quitter ? Aucun futur n’existe ailleurs qu’ici… Vais-je mourir en plein vol ? Mon avion va-t-il s’écraser ? Ma vie va-t-elle subitement s’achever ? Charlotte était-elle l’ange de la mort ? Mon dernier baiser ? Mon cœur s’est arrêté pour elle. Je suis arrivé perdu, me voilà éperdu… Comment dit-on : « Éperdu » en japonais ? Je ne sais plus. »

 

affiche lost in translationLibrement inspiré du personnage Bob Harris de Sofia Coppola dans Lost in Translation.

 


Sur une idée de et par Bertille Delporte-Fontaine


Kankoiça
décembre 2015
L Ma Me J V S D
« nov   jan »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  
Koiki-ya