Abonnez-vous !

WELCOME TO GOOFLAND BRAZIL (and Crossroads) 3.0 — Archives — Livres — Uchronia

Mia Wallace, DANS LA PEAU

Mia Wallace, DANS LA PEAU

COUVERTURE MIA WALLACEok

« J’ai fait un rêve… J’ai rêvé que je volais. Oh, pas comme ces stupides super-héros le poing devant, ou comme un vulgaire oiseau à battre bêtement des ailes, non… Comme un aigle fond sur sa proie, je sautais du haut d’un building, et je fonçais tête baissée, les muscles bandés, je planais carrément ! Je disais au monde entier : « Je vole ! Je vole ! Regardez ! ». Ce rêve, je le fais tout le temps, je m’en éveille en sursaut et en sueur… Je suis persuadée que je peux voler, en vrai. Je peux voler c’est sûr, un jour j’essaierai. N’importe quel prêtre, à confesse, me dirait que c’est un désir inconscient de se suicider… Non ! My God ! Je ne veux pas mourir ! J’aime trop la vie pour ça !

*

MIA WALLACE PULP FICTION 2J’aime m’enivrer jusqu’à plus soif, sniffer sur les rails ma poudre d’escampette, fumer jusqu’à bout de souffle, danser jusqu’au petit matin ! Je suis hédoniste à tendance érotomane… J’aime les milkshakes (le Five-Dollar Milkshake en tête), ça me rappelle le lait mousseux de ma nourrice ; j’aime les cerises, car je suis le gâteau ; j’aime la viande rouge very sanglante ; j’aime l’écarlate sur mes lèvres et le rouge-sang sur mes ongles ; j’aime percher ma moue Greta Garbot sur des black stilettos… J’aime les vieux films, la belle époque, l’âge d’or du cinéma…. J’aurais voulu être Louise Brooks, Audrey Hepburn ou Natalie Wood… ou encore Anna Karina dans Bande à part ! Même si, je l’avoue, j’aurais préféré (tout comme les hommes) être blonde, dans la peau de Marilyn Monroe ou de Veronica Lake … Je voudrais être de cette trempe d’actrice… Quinze minutes dans Fox Force Five, et je rêve déjà d’incarner une blonde amazone ! Chevaucher son sanglant destin et préserver le monde du mal, une black mamba de sang froid ! Mais je suis moi, Mia, qui jouit comme le miaulement du chat, forte et fragile, encore une gamine dans un monde à feu et à sang… Si j’avais été une super-héroïne, j’aurais eu le pouvoir de la chatte noire, kitty-cat ! Disco ! OK, So… À quelle heure mon valet de pied, preux chevalier, Vincent, est-il censé arriver ? Je ne suis pas prête… Je vais lui faire un mot :
« Salut, Vincent, je suis en train de m’habiller. La porte est ouverte. Entre à l’intérieur, et sers-toi un verre. Mia »

*

Amsterdam ! Je ne pense qu’à retrouver tes pavés déflorés ! Tididamdam ! Je pourrais te rejoindre à pieds nus ! Et faire du hors-piste à genou sur ta poudreuse offerte…. J’adore les toilettes du Jackrabbit, pour se refaire une santé en beauté, c’est comme suivre la trace du lapin blanc ! Je suis Alice de retour au pays et je me défonce à merveille… Dieu que cette coke est bonne ! « I said goddamn ! » Stupéfiant Steppenwolf ! Je me ferais bien surprendre sur-le-champ, sans chaperon, par le grand méchant loup des Steppes ! Vincent ? Je sens déjà ta queue frétiller à plein nez, et me sourire à belles dents… Eh, minute cowboy, avant la turlutte, t’emballe pas… Tu sais ce que Marsellus fait aux hommes qui me massent les pieds, et plus si affinités ? OK, j’y retourne… Disco ! Mon repas est servi, j’adore revenir des toilettes le nez repoudré et voir mon repas qui m’attend, sanglant. Miam Miam, Mia. »

*

MIA WALLACE PULP FICTION 5Eh, cowboy, pendant que tu pisses, je me roule une DRUM façon grand Rodéo… Et contre toute attente, les gagnants du Twist Contest sont (quoi que t’en dises Fucking Buddy Holly), Peggy Sue et Elvis ! Dans ta face Jackrabbit ! Eh, Jack, tu sais ce qu’on dit en France : « Rien ne sert de courir, il faut partir à point »… Eh bien, pas de chance, à pas de loup, j’ai retrouvé la trace du putain de lapin blanc, et je lui ai fait la nique : on te l’a rapiné sous ton nez ce putain de trophée, emballé c’est pesé… Vincent me l’avait promis, c’était la mort ou la vie, et je le méritais… J’adore cette chanson, je pourrais mourir sur cette chanson… Daddy aurait éjaculé jusqu’à ma putain de conception sur cette putain de chanson ! Girl, you’ll be a woman, soon… Et Dieu, voilà, que je suis une femme … Je suis une petite pute mal élevée, comme Daddy, tu m’as pourrie-gâtée… Marsellus le sait, il est aux petits soins pour moi… Il tient ça de toi ! Il tue des gens pour moi ! Tu serais fier de ça, où que tu sois ! Il pourrait mourir pour moi, tout comme toi, tu l’as fait… Ô, Daddy, je serai toujours ta petite femme, ta jolie vierge Marie, dans ton cœur de pasteur… My heart belong to you, Daddy… Marsellus, je crois que je te hais… je crois bien que je te hais, oui, je le crains… Jésus, Marie, Joseph… ce tabac brun tabasse en diable… Ô, Daddy, je prie pour que l’enfer ne t’ait pas pris, et que ton putain de paradis m’entraîne à jamais auprès de toi. Je chante et je danse et je prie pour toi… C’est avec toi que j’aurais voulu me marier et ne jamais grandir, et ne jamais être une femme… Amen… Au Diable les prières !? Disco ! Qu’est-ce que tu m’avais caché, là ? Vincent, je suis ton héroïne ! Mamma Mia….
— Hello…

*

MIA WALLACE PULP FICTION 6Fuck ! La cocaïne dans mes veines est une divine héroïne. Je suis sous l’effet de la fée Mélusine…. OK… Je me sens vide, annulée, plume, goutte, feuille, vent… Comme une poupée de chiffon, les membres en coton, la tête à l’envers dans les champs… Je frissonne… La glace m’encercle, son glas m’empale…Je passe par la case « Ange »… Je commence à battre de l’aile… Je sens que je vais sauter le pas du trépas… Que se passe-t-il ? Je vole ? Je vogue ? Je sens que l’on m’emporte… La nouvelle vague ? Est-ce le charognard sur le Styx? Je sens son souffle sur moi, je sens la puissance de ses bras, Vincent ? Suis-je encore en vie, Daddy ? Viendras-tu me chercher ? Je sens tout tourner autour de moi… Je sens encore l’air chargé de la ville fouetter ce qui me reste de vie… J’entends les pans noirs de Vincent claquer au vent. L’envers de mes paupières me somme. Je sombre dans le décor. Quoi encore ? Je sens que je décolle à nouveau, Vincent me porte à bras-le-corps, je sens son musc de taureau me chatouiller les sens… Je brûle de désir… Je me consume… Je crois même que je bande. Le voile du linceul m’emporte, me voilà révolue… Vincent ? Où suis-je ? J’ai froid, je sens mon cœur sombrer comme une enclume… Le goût du sang ferreux dans ma gorge me répugne, le vomi m’étouffe, God ! Tout sent le soufre… Tout tourne… Ça suinte le shit, le sperme, la merde et le dégoût, ici… Ces voix nasillardes et stridentes qui planent tout autour de mon spectre, et m’inspectent, me donnent la nausée… Mon cœur est pris pour cible… L’odeur rouge de l’ammoniaque est démoniaque… Suis-je déjà en enfer ? Une fine lame me transperce le cœur… My goodness ! La mort m’a relâchée. Mon héroïne s’est enfuie sous les assauts vaillants d’adrénaline… Fuck ! Dis quelque chose, Mia… Si tu veux sortir ta blague de Fox Force Five, c’est maintenant… OK, je suis nulle pour raconter des blagues, surtout celle des trois tomates. Il te regarde comme un zombie… Reviens à la vie et dis simplement quelque chose :
— Quelque chose. »

 

AFFICHE PULP FICTIONokLibrement inspiré du personnage Mia Wallace de Quentin Tarantino dans Pulp Fiction.

 

 

 

 


Sur une idée de et par Bertille Delporte-Fontaine


Kankoiça
novembre 2015
L Ma Me J V S D
« oct   déc »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30  
Koiki-ya