Abonnez-vous !

WELCOME TO GOOFLAND BRAZIL (and Crossroads) 3.0 — Archives — Livres — Uchronia

DÉBAT : une littérature sur un monde qui change

DÉBAT : une littérature sur un monde qui change

Daphnis, Chloé et ses auteurs ont pris d’assaut Gibert Joseph pour une interview croisée signée Brazil 3.0. Si vous n’y étiez pas en personne, hé bien, déjà, c’est dommage pour vous, mais en plus vous avez raté un événement sympa de la rentrée littéraire 2015 ! Bon, en fait vous avez quand même du bol car le tout a été filmé, monté et diffusé sur la chaine YouTube de Gibert Joseph (hop, cliquez par ici) pour que vous puissiez en profiter aussi !

Personnellement, cela faisait bien des années que je n’avais pas traîné du côté du Quartier Latin, ni mis les pieds dans cette immense librairie d’occasion qu’est Gibert Joseph. Agacée par le flot continu de touristes qui s’accaparent méchamment le trottoir, j’avais peu à peu perdu le goût de la recherche du chef-d’œuvre à 2 euros dans les piles gigantesques prêtes à me tomber dessus. Alors, pour que j’y revienne, un samedi après-midi de surcroît, il fallait bien au moins un événement de taille ! En réalité, cela a vraiment été une partie de plaisir que d’arpenter de nouveau les étages de ce temple librophile et de rencontrer ces vendeurs experts et passionnés. Je crois bien d’ailleurs que je n’en ai jamais rencontré un seul qui ne savait pas, de mémoire, exactement où était posé chaque obscur ouvrage d’auteurs dont j’avais moi-même oublié le nom… De vrais MacGyver.

Et quoi de mieux pour ces retrouvailles avec cette librairie que d’être guidée par deux jeunes auteurs et leur éditeur ? Les deux auteurs, j’avais eu la chance de les rencontrer un peu plus tôt, autour d’un café, histoire de faire les présentations et de voir dans quelles directions allait partir l’interview. Unanimement, il fut décrété qu’on voulait un entretien rock n’roll et déconnant, un peu à l’image des deux auteurs en fait ! On se présente donc en quelques mots. Éric Le Guilloux, qui signe avec Les haines en moins son premier roman, me reprend immédiatement lorsque je lui annonce que j’ai trouvé son roman empli de noirceur, m’affirmant qu’au contraire pour lui tout cela est lumineux. Arnaud Delporte-Fontaine, l’auteur de Système A, quant à lui, boit son café en se marrant et en se remémorant les anecdotes du salon du livre et autres événements littéraires auxquels il a déjà participé avec ce second roman plein d’humour. Il m’explique que les gens ont souvent tendance à le confondre avec son personnage principal, alors que non, il n’est pas aussi Affreux que cela ! « Après réflexion, peut-être que le Système A est le croche-patte dont la société avait besoin » [ndlr : extrait du livre totalement sorti de son contexte].

Gibert1Gibert2Gibert3L’entretien croisé démarre en parlant de la maison d’édition qui les publie tous les deux, Daphnis et Chloé édition, fondée en 2013 par Éléonore de la Grandière et Olivier Milliès-Lacroix. C’est d’ailleurs ce dernier qui s’est porté volontaire pour répondre à toutes mes questions. Amoureux de la littérature, il ne se fait pas prier longtemps pour vanter les mérites des deux romans posés devant nous qui, selon lui, allient avec talent gouaille, humour et profondeur émotionnelle. La complexité des sentiments est effectivement au cœur de ces deux romans et, ce qui l’intéresse davantage encore, c’est le regard unique de l’auteur sur la société, sur la vie en général d’ailleurs. Car les deux romanciers ont en commun cette poésie décalée qui éclaire le pire du drame d’un soupçon de bonheur.

D’un côté, Arnaud Delporte-Fontaine traite des joies et des embrouilles liées à une vie hors des clichés ordinaires« Nous qui sommes nés dans la fange, nous la génération oubliée par nos aînés flower power, nous les rebuts des égouts de Paris, nous les sans-avenirs des grands marchés européens, nous les futurs esclaves de la Chine communiste, nous les aluminés, nous les Arsenic et vieilles donzelles, nous le Système Avons la gueule grande ouverte et ne sommes pas prêts de la fermer. »

De l’autre, Éric Le Guilloux narre l’histoire d’un homme qui se crée et se défait tout à la fois. Espoir et désespoir semblent jouer aux dés pour déterminer son destin : « Juin 88. J’arrive à Paris. Trois chemises blanches, un pantalon noir, une veste blanche, cinq slips (la plupart propres), un noeud papillon en satin noir, cinq paires de chaussettes, une paire de chaussures à boucle, un limonadier, deux tee-shirts, une serviette, un shampoing, une brosse à dents, des CV et un bouquin de cul occupent le fond de mon sac à dos. Au-dessus, comme j’ai encore pas mal de place, j’y dépose mes rêves et mes putains de grands ponts, en prenant bien soin de nouer solidement le cordon. »

En somme, ce sont donc deux beaux romans à découvrir chez les éditions Daphnis et Chloé, dont voici les présentations faites par les éditeurs :

PAGE 9_Système A« Papa… J’ai toujours trouvé ce mot étrange. Ça sonne un peu comme une double détonation : « Pan Pan ! », les haines en moins… » C’est de son lit d’hôpital que Sacha nous confie son histoire, le meilleur comme le pire… Celle d’un jeune homme ordinaire abîmé par la vie qui rencontre au hasard des rues parisiennes deux femmes : la première, patronne de bar de nuit haute en couleurs, fera de lui un fils. La seconde, jeune artiste de Montmartre, fera de lui un père. Enfin, Zadig, son fils, fera de lui un homme… Une ode à la paternité tout en amour et en subtilité. Un magnifique premier roman d’une grande tendresse qui nous fait passer du rire aux larmes et nous hante encore longtemps une fois la dernière page tournée. Rochelais d’adoption, Eric Le Guilloux est éducateur spécialisé. Les haines en moins est son premier roman.

« Si vous pensez avoir l’âme parisienne, les Affreux en possèdent son cœur. Si vous avez le sentiment que la ville vous appartient, détrompez-vous, vous n’en êtes que locataires. » Du chômage à la rue, il n’y a qu’un pas. Surtout pour Arsène, jeune antihéros libertaire en quête d’Aventures dans un Paris désenchanté, celui des fleurs du pavé, des gargotes chaude-pisse, des poètes trépassés. Entre déchéance sociale et vol dans les grandes surfaces, vers frelatés et chasse à la gourgandine, il écrit « Système A », un brûlot à l’attention de tous les Affamés du bitume. Son système de pensée va, malgré lui, déchaîner les passions, entraîner la révolte et marquer l’avènement de toute une génération. Une véritable ode aux bas-fonds de la capitale portée par une écriture aussi gouailleuse que ses personnages. Arnaud Delporte-Fontaine est auteur, réalisateur et script doctor. Système A est son deuxième roman.

 


Benzédrine


Kankoiça
octobre 2015
L Ma Me J V S D
« sept   nov »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  
Koiki-ya