Abonnez-vous !

WELCOME TO GOOFLAND BRAZIL (and Crossroads) 3.0 — Archives — Livres — Uchronia

Le film du jour : MICROBE & GASOIL [CINÉ]

Microbe & Gasoil AFFICHELe film du jour : MICROBE & GASOIL

La mémoire dans la peau

Après deux superproductions, L’écume des jours et Green Hornet, Michel Gondry revient avec un film simple et revigorant, qui pourrait faire écho à The we and the I, qui racontait le voyage de fin d’année d’une bande de lycéens du Bronx en 2012 et au formidable L’épine dans le cœur, le documentaire qu’il a tourné en 2010 sur sa tante institutrice.


 

Microbe & GasoilOn l’attendait au tournant, le Michel, avec son histoire de gamins qui partent sur les routes de France dans une cabane à roulettes, après son adaptation bringuebalante de Boris Vian et sa virée chez les super héros ricains. Replongeant au cœur des années collège, et se débarrassant au passage de tous ses artifices et ses oripeaux stylistiques, il signe une magnifique ode à l’enfance, à la bricole, au rêve, à la liberté, au droit à la différence. Que dis-je, à la nécessité de la différence même.

C’est peut-être là qu’il est le mieux, le Michel, dans les souvenirs rêvés d’une enfance éternelle. The we and the I, L’épine dans le Cœur, Be Kind Rewind, que des films sur l’enfance, la mémoire, les souvenirs, que des réussites ! Quant à son tout premier chef-d’œuvre Eternal Sunshine of the Spotless Mind et même le fabuleux La Science des Rêves, ce sont les cerises sur le gâteau de son travail sur les rêves et la mémoire. Je pourrais aussi vous parler de sa muse Björk, avec ses airs de lutine aux traits d’enfant éternel… Bref, inutile de vous faire un dessin, ou alors si, peut-être un bonhomme bâton et une maison carrée avec un toit triangle et une cheminée d’où s’échappe une fumée en forme de queue de cochon en tire-bouchon qui monte vers des nuages en coton. Bref, un dessin d’enfant.

Microbe & Gasoil a donc toute sa place dans cette anthologie de l’enfance, des rêves et de la mémoire selon Gondry, d’autant plus que l’essentiel de l’histoire est basé sur les propres souvenirs d’enfance du cinéaste. Sous son apparente simplicité, le film regorge une nouvelle fois de trouvailles visuelles savoureuses, à commencer par le mobil home fait maison des deux petits héros, ou les joueurs de football américains asiatiques en plein cœur de la forêt morvandelle (si si !). Et, pour nos lecteurs les plus poîîntûûs, la musique du film signée Jean-Claude Vannier, célèbre compositeur ayant notamment beaucoup collaboré avec Serge Gainsbourg (c’est l’arrangeur de Melody Nelson, respect éternel), sonnera comme une petite madeleine de Proust musicale.

Voilà un film riche, simple et léger, exécuté avec amour, comme un bon plat de chef ou une belle histoire de copains racontée un soir d’été au coin du feu sur une plage, par un Gondry qui a l’enfance, la bricole et la mémoire dans la peau. Allez-y en mâchant du malabar, les cheveux au vent, à fond sur votre 103 SP. Ou au moins, fermez les yeux dans le métro qui vous emmène au ciné, et imaginez.

Microbe & Gasoil, en salles le 8 juillet 2015

 


Thomas Lécuyer


Kankoiça
juillet 2015
L Ma Me J V S D
« juin   août »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  
Koiki-ya