Abonnez-vous !

WELCOME TO GOOFLAND BRAZIL (and Crossroads) 3.0 — Archives — Livres — Uchronia

4 Hitchcock des années 30 remasterisés [DVD]

Une femme disparait4 films d’Hitchcock des années 30 remasterisés [DVD]

La période anglaise d’Alfred Hitchcock, l’entre-deux-guerres, est souvent passée sous silence —ou presque. Ou en tout cas fortement minimisée par rapport aux classiques des années 50-60. Or, non seulement y trouve-t-on le terreau de son travail futur, mais aussi un penchant très affirmé pour les récits d’espionnage touffus et, déjà, une façon de trousser ses suspenses comme nul autre metteur en scène.


Quatre de l'EspionnageQuatre films d’Hitchcock, tournés consécutivement dans la seconde partie des années 30, en noir et blanc donc, entre Les 39 Marches et La Taverne de la Jamaïque, et produits principalement par la Gaumont UK, viennent de subir un sérieux coup de jeune, avec une remasterisation haute définition qui s’avérait vraiment nécessaire, et au passage l’ajout de nouveaux bonus inédits, dont un excellent documentaire, Hitchcock et l’espionnage, découpé en parties d’un quart d’heure environ.

Quatre de l’Espionnage (Secret Agent), sorti en mai 36 (juin à Paris) est un maître étalon du film d’espionnage, haletant comme il se doit, constellé d’idées ingénieuses de mise en scène mais par ailleurs plus noir, plus dense et plus sérieux que les films précédents de sir Hitchcock, à l’humour globalement plus prégnant et décapant. Il faut dire que le scénario adapte plusieurs nouvelles de William Somerset Maugham, un dramaturge pas franchement connu pour être un joyeux luron. On y suit un écrivain héros de guerre dont on rapatrie le cercueil mais vide, puisqu’il est en réalité sous une autre identité, en Suisse, où il doit démasquer et faire disparaître un espion allemand (nous sommes au beau milieu de la première guerre mondiale). Il est aidé du « Général », un Sud-Américain haut en couleurs (joué par un Peter Lorre absolument gigantesque) et de celle qui se présente comme sa femme, Elsa. Les choses se compliquent rapidement quand l’agent double se retrouve être en question un ancien courtisan d’Elsa…

Agent SecretSix mois plus tard (en décembre) sortait Agent Secret (dont le titre original est Sabotage, oui il faut suivre, surtout qu’Hitch sortira un peu plus tard… Saboteur !). Un film à la noirceur encore plus diffuse, adapté de Joseph Conrad. Bien entendu, il y est question de sabotages, donc de terrorisme, ce qui, d’une certaine manière, en fait une œuvre très moderne. D’un point de vue technique, le travail de découpage y est tout particulièrement admirable, notamment une scène de meurtre restée dans les annales. Chose amusante, les bombes sont transportées dans des bobines de film par un propriétaire de cinéma londonien, l’occasion pour nous d’affirmer que cet Agent Secret, c’est de la bombe, bébé !…

En novembre 1937 (le film n’est sorti qu’en 78 en France !), c’est un roman de Josephine Tey, l’un des pseudonymes d’Elizabeth Mackintosh, une romancière écossaise connue aussi pour ses pièces radiophoniques, qui est adapté dans Jeune et Innocent (Young & innocent), un thriller d’espionnage qui, une fois encore, gagne à la revoyure. Le film est un pur joyau hitchcockien, assez jubilatoire d’une part, mais aussi une démonstration de mise en scène, avec certains plans et mouvements de caméra très en avance sur leur temps. On y retrouve par ailleurs bon nombre d’ingrédients chers au réalisateur : un homme en cavale, faux-semblants et faux coupable…

Jeune et innocentEnfin, Une femme disparaît (The lady vanishes), sorti en novembre 1938 (mars 52 en France !), termine ce quatuor en beauté. Considéré (à raison ?) comme l’un des meilleurs films de la période anglaise d’Hitchcock, il s’agit là d’un classique récit d’espionnage (avec même un train entier rempli d’espions !), adapté avec malice d’un très machiavélique roman d’Ethel Lina White (The Wheel Spins). Petit plus par rapport aux autres métrages des années 30, un crossover inédit (pour Hitch) avec un je ne sais quoi de comédie romantique, mais à sa sauce, donc forcément savoureuse.

CONCOURS : 5 COLLECTIONS DE 4 DVD À RAFLER ! Pour cela, il vous suffit de nous écrire (à l’adresse concoursbrazil3.0 (a) gmail.com) et répondre à cette simple question : qui devait originellement réaliser « Une femme disparaît » et quel en était alors le titre ? (un tirage au sort départagera les bonnes réponses reçues avant le 9 juin 2015, à minuit)

 

Quatre de l’espionnage, Agent secret, Jeune et innocent et Une femme disparaît (itv studios/Filmedia, disponibles en DVD)


Sam Lowry


Kankoiça
juin 2015
L Ma Me J V S D
« mai   juil »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930  
Koiki-ya